Grâce à sa double expertise et qualification d’agronome et évaluateur agréé, ÉVAGRI propose ses services d’évaluation de propriétés agricoles. Avec passion, nous attachons un soin particulier au professionnalisme et à notre indépendance dans l’accomplissement des mandats qui nous sont confiés.

Depuis le mois d’avril, ÉVAGRI a installé son bureau principal à Québec et plus précisément à La Station. Ce lieu unique met à la disposition des entrepreneurs de la région de la Capitale Nationale des espaces de travail partagé, bureaux fermés et salles de réunion.

Initiative du Fonds d’emprunt Québec, La Station favorise le dynamisme de la communauté entrepreneuriale de Québec et encourage l’émulation entre ses utilisateurs.

ÉVAGRI dispose d’un bureau fermé et d’un accès aux salles de réunion afin de recevoir ses clients. Au plaisir de vous y accueillir !

Adresse : 20 Bd Charest O bureau 102, Québec, QC G1K 1X2
Horaires : lundi au vendredi, de 8h30 à 17h

Située de part et d’autre de la rivière Chaudière, la Beauce se distingue par le dynamisme de son secteur agricole mais aussi par son tissu économique riche et diversifié. ÉVAGRI y est naturellement présente, au soutien des productrices et des producteurs de la région.

Suite à la colonisation de la région de Québec et plus particulièrement des abords du Saint-Laurent, la Beauce devient rapidement un territoire de peuplement, l’un des premiers à l’intérieur des terres, au 18ème siècle. La région bénéficie alors d’un sol fertile et d’une voie de communication privilégiée qu’est la rivière Chaudière, pour le transport des marchandises produites dans la région (bois, textile) et la construction de moulins.

Formée principalement d’une plaine alluviale, la Beauce dispose des qualités propices à la culture de céréales, de légumes, de fruits et d’autres cultures diverses. Les principales cultures de la région incluent le maïs, le soja, le blé, l’orge, la pomme de terre et la canneberge. Plusieurs coopératives sont implantées dans la région, les principales étant situées à Sainte-Marie, Saint-Georges et Saint-Éphrem-de-Beauce. Certaines d’entre elles sont également actives dans la transformation, que ce soit en farine, aliments pour animaux, sous-produits pour l’industrie alimentaire ou éthanol.

Au niveau des productions animales, le porc et le lait sont les activités les plus représentées. La première, qui se classe au 1er rang au Québec, emploie environ 550 personnes sur 340 exploitations. La filière connait cependant des bouleversements liés à la hausse des coûts de production, à l’affaissement des prix de vente et à la rareté de la main d’œuvre. D’ailleurs, certaines de ces difficultés ont amené l’annonce de la fermeture de l’abattoir de Vallée-Jonction. Les Éleveurs de porcs de la Beauce se mobilisent afin d’envisager des solutions pour continuer l’activité.

La filière laitière quant à elle occupe environ 320 producteurs répartis sur 200 exploitations. On trouve d’importantes usines de transformation de lait à Beauceville, Saint-Georges et Sainte-Claire. Les coopératives sont solidement implantées, notamment à Sainte-Marie, Beauceville, Saint-Éphrem-de-Beauce et Vallée-Jonction. Remarquez que Chaudière-Appalaches est la 1ère région laitière du Québec.

Nous pouvons enfin citer la filière volaille et plus particulièrement le poulet de chair. De nombreux éleveurs travaillent en outre avec des entreprises intégrées afin de sécuriser leur processus de production. Comparativement à l’ensemble de la Province, la région de Chaudière-Appalaches se trouve au 2ème rang pour la production d’œufs et de volailles

Enfin, l’acériculture est une filière majeure de la région. Si l’on considère Chaudière-Appalaches, 43% des producteurs du Québec y étaient implantés en 2020 (source MAPAQ, fiche d’enregistrement des entreprises agricoles du Québec). Par ailleurs, selon les PPAQ (Producteurs et productrices acéricoles du Québec), 45 % du sirop d’érable produit en vrac au Québec était certifié biologique en 2020. Les producteurs sont répartis sur l’ensemble du territoire, mais certaines municipalités se distingues telles que Sainte-Claire, Saint-Benoit-Labre et Saint-Zacharie.

Pour finir, les données globales chiffrées les plus fiables concernent la région administrative Chaudière-Appalaches. Il y a près de 5 400 fermes sur une superficie de 1 002 000 hectares, soit 67% de la superficie totale de la région. Les 5 407 exploitations agricoles génèrent un total de 1 858 millions de dollars. L’agriculture emploie directement 7 800 personnes dans la région, et l’industrie bioalimentaire emploie 32 500 personnes dans 151 entreprises de transformation. La Chaudière-Appalaches est la région avec la plus forte concentration de certification biologique au Québec, avec 511 entreprises certifiées.

Selon la FAC (Financière Agricole du Canada), le prix des terres cultivées dans la région Chaudière-Appalaches en 2022oscillait entre 5 000 et 30 000 $/ha, la valeur de référence s’établissant à 16 000 $/ha. Cela représente une hausse de 13,5% par rapport à l’année 2021.

Devant l’hétérogénéité des terres, des productions ou des contextes locaux de marché, l’intervention d’un spécialiste de l’évaluation de propriétés agricoles s’avère incontournable pour en fixer la juste valeur marchande.

ÉVAGRI – Évaluation agréée de votre propriété par des spécialistes du milieu agricole au Québec.