Nouvelles sur la santé des sols au Québec

Dans le cadre d’un vaste projet de recherche mené pendant 5 ans sur plus de 400 sites, l’IRDA a mis à jour l’état de santé des sols à l’échelle provinciale. Inédits depuis presque 25 ans, les constats du récent rapport confirment la relative dégradation du potentiel agronomique des sols. En lien avec les pratiques culturales, l’institut explicite un certain nombre de préconisations. La qualité des sols influence directement la valeur des terres, c’est pourquoi ÉVAGRI utilise l’information la plus récente et fiable dans le domaine afin de réaliser ses évaluations. 

Mise en contexte 

Le dernier diagnostic de l’état des sols au Québec datait de l’inventaire de 1990. Les résultats de ces travaux devenaient obsolètes et peu pertinents pour des recommandations agronomiques des professionnels en première ligne. Ainsi, le MAPAQ a mandaté l’IRDA (Institut de recherche et de développement en agroenvironnement) afin de mettre à jour ce bilan de santé, sous la direction de Marc-Olivier Gasser, chercheur en conservation des sols et de l’eau. Au total, 426 parcelles ont été étudiées afin de comparer leur propriétés pédologiques, biologiques et physico-chimiques à des sites témoins. 

Résultats de l’étude et préconisations 

Comparativement à 1990, les problèmes de dégradation des sols n’ont pas augmenté significativement en 2020, bien que la compaction et la limitation de l’infiltration d’eau persistent. Dans les régions agricoles plus intensives du Québec, telles que la plaine de Montréal et le Centre-du-Québec, les sols cultivés présentent généralement des altérations physiques et de matière organique plus fréquentes. Les sols argileux et loameux montrent une aération limitée en profondeur, tandis que les sols sableux présentent des dégradations dans leur structure et leur matière organique superficielle.  

Selon l’étude, introduire des cultures pérennes dans les rotations améliore la qualité du sol, tandis que le travail intensif du sol peut réduire la matière organique en surface, sauf à apporter des engrais organiques. 

L’expertise d’ÉVAGRI 

La qualité d’un sol agricole a un impact sur sa valeur marchande. En effet, la texture, la fertilité, l’état de drainage et l’harmonie entre les propriétés biologiques, physiques et chimiques d’un sol expliquent le rendement et les possibilités d’exploitation culturale. 

Lors de l’évaluation d’une terre agricole, outre le critère de localisation, les qualités propres de chaque vente comparable sont analysées. Au-delà des facilités d’exploitation (taille, forme de la parcelle, accès, relief, présence de pierres, etc…), la connaissance de la qualité du sol est primordiale.  

C’est dans cette perspective qu’ÉVAGRI, une firme d’experts-conseils spécialisée en évaluation agricole accueille avec enthousiasme la publication de ce rapport de l’IRDA. Cette documentation scientifique faisant l’état des lieux de la santé des sols du Québec permettra d’avoir une information fiable et récente afin de bonifier les travaux d’expertise en matière d’évaluation de la valeur agronomique et marchande des terres agricoles.  

La diffusion progressive de l’information auprès des propriétaires et exploitants agricoles et son appréhension par les évaluateurs d’ÉVAGRI permettra une analyse toujours plus juste de la valeur des terres au Québec. 

 

  • Mots clés

  • Agronome Québec Évaluateur agréé